Consulter
le journal
Theranos : onze ans de prison contre Elizabeth Holmes, patronne déchue, condamnée pour fraude
La conversion d’Internet au métavers reste très virtuelle
Crédit immobilier : la façon de calculer le taux d’usure va-t-elle changer ?
« Les fabricants du secteur de l’électronique doivent aller au-delà du salaire minimum »
Pourquoi vouloir à nouveau marcher sur la Lune ?
La NASA ouvre sa première antenne en Afrique
Midterms 2022 : les espoirs déçus du camp républicain
COP27 : A la tribune, Emmanuel Macron plaide pour faire des enjeux climatiques la priorité des dirigeants mondiaux
Mission Artemis-1 : le rêve de la conquête spatiale et son prix
COP27 : « Le dernier livre d’Erik Orsenna, “La Terre a soif”, est à adresser d’urgence aux ministres »
Le Mondial de football au Qatar, miroir des malheurs du monde
« Les fabricants du secteur de l’électronique doivent aller au-delà du salaire minimum »
« The Wonder », sur Netflix : mensonge et miracle au lendemain de la Grande Famine irlandaise
Margaret Atwood, sur le vif
Agent secret, savant flou, fiction climatique et maisons de rêve : les replays du week-end
Marie Hennerez, actrice de « Plus belle la vie » : « C’est une grande chance et une responsabilité d’avoir pu soulever tant de sujets de société »
48 heures à Dunkerque
Des hôtels haut de gamme plus fraternels
La mode made in Bretagne de Studio de Lostanges
« Plus belle la vie » a-t-elle inventé le métavers ?
Services Le Monde
Services partenaires
Service Codes Promo
Suppléments partenaires
Institution de la variété italienne, le télécrochet, dont la finale a eu lieu samedi 5 février, a enregistré sa meilleure audience depuis 1997, avec une moyenne de 12 millions de spectateurs.
Par
Temps de Lecture 4 min.
Article réservé aux abonnés
En 1951, comme le festival de la chanson italienne se cherchait un point de chute, Sanremo s’est proposé de l’accueillir. Pour cette station balnéaire de la côte ligure, il s’agissait de vivifier le tourisme, durant la morte-saison. Très vite, sous l’égide de l’audiovisuel public, le télécrochet a gagné en aura. Jusqu’à convulser l’Italie, chaque fin d’hiver. La 72e édition de la manifestation ne fait pas exception : elle s’est ouverte, le 1er février, sur un sacrilège. Et s’est achevée, cinq soirs plus tard, par une communion.
Le sacrilège ? Le baptême que s’est auto-administré le Romain Achille Lauro, torse nu, cheveux platine, lors de la première interprétation de sa chanson Domenica – de quoi outrager une part du clergé transalpin, qui a crié au blasphème. La communion ? La victoire du duo formé par Blanco et Mahmood, respectivement 18 et 29 ans, avec le morceau Brividi – « frissons », en français. D’aucuns ont cru y déceler la première chanson ouvertement gay couronnée à Sanremo ; c’est surtout un modèle de ballade, gracieuse et sensuelle, sensible et consensuelle.
Adolescent à la voix d’ange et aux airs de faune, Riccardo Fabbriconi, alias Blanco, collectionne les succès depuis ses débuts, en 2020 : devant tant d’allant, son triomphe dès sa première participation au festival n’étonne qu’à demi. Fils d’une Sarde et d’un Egyptien, Alessandro Mahmood avait, lui, remporté l’édition 2019 à la surprise générale, tant son morceau, Soldi, transgressait les canons de la variété « ritale ». Le leader d’extrême droite Matteo Salvini s’en était ému, multipliant les sous-entendus xénophobes et homophobes. Cette année, le populiste, en pleine débandade dans les sondages, a dû se résoudre à féliciter les vainqueurs, lombards comme lui, sur Twitter.
Fraîchement réélu président de la République, Sergio Mattarella, 80 ans, a pour sa part complimenté par téléphone le présentateur Amedeo Sebastiani, dit Amadeus. Depuis qu’il a pris la direction artistique du festival, il y a trois ans, ce briscard renoue avec ce que Sanremo a longtemps représenté pour les Italiens : une messe, autant qu’un carnaval. Autrement dit, la sanctification de l’ordre établi, en même temps que sa subversion.
C’était le cas dans les années 1960, quand Sanremo mettait en musique l’œcuménisme à la fois enthousiaste et tourmenté de la démocratie chrétienne, le parti centriste alors omnipotent. Ça l’était aussi au début des années 1980, quand la manifestation épousait le faste chamarré et chamailleur du berlusconisme triomphant. N’était-ce pas l’un des seuls programmes occidentaux diffusés de l’autre côté du rideau de fer ?
Il vous reste 53.7% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.
Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.
Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois
Ce message s’affichera sur l’autre appareil.
Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.
Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).
Comment ne plus voir ce message ?
En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.
Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?
Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.
Y a-t-il d’autres limites ?
Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.
Vous ignorez qui est l’autre personne ?
Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.
Accédez à tous les contenus du Monde en illimité.
Soutenez le journalisme d’investigation et une rédaction indépendante.
Consultez le journal numérique et ses suppléments, chaque jour avant 13h.
Newsletters du monde
Applications Mobiles
Abonnement
Suivez Le Monde

source

Catégorisé: