Publié le
Bonne question ! La lecture dans le marc de café reprend de plus belle, et tous les médias y vont de leur citation et autres compte-rendu de lecture dans les boules de cristal. Il faut être clair. Personne ne peut le savoir. Il ne s’agit que de pure spéculation sur l’avenir. Sans quoi, ce serait aisé de devenir riche, or ce n’est pas vraiment le cas.
La hausse des taux des crédits immobiliers est fortement lié à la politique monétaires des banques centrales. La forte hausse des taux récemment constatée est un effet direct du relèvement des taux directeurs de la BCE (même si effectivement aucun lien direct entre les deux n’existe). L’autre levier, lui aussi corrélé à la politique des banques centrales, est la hausse des taux d’intérêts de marché (la “dette” des Etats, souvent appelées ainsi dans les médias). Et c’est bien ces tendances qu’il convient de suivre. En France, ces taux de marché, variant donc selon les anticipations des investisseurs est l’OAT. Inutile de reprendre l’historique, les taux de marché n’avaient jamais été auparavant, situation pour le moins ubuesque. Le pourcentage de hausse à partir d’une valeur négative n’est même pas réellement calculable, sans prendre une valeur absolue ! Alors cette tendance haussière, jusqu’à quand ? Et encore de combien ?
Alors que les taux des crédits immobiliers étaient historiquement bas, la hausse des taux d’intérêts est historiquement parmi la plus forte de l’après guerre. Même la période hyper inflationniste des années 70 et 80, post crise du pétrole n’aura pas été aussi violente, avec pourtant des taux d’inflation dépassant les 13% en France.
Au niveau purement algébrique des investisseurs, nous en serions à 40% de la hausse des taux d’intérêts. Le taux neutre de la BCE, soit 2%, devrait être atteint cette fin d’année 2022. L’année 2023 verra les taux continuer de grimper mais à un rythme plus faible, sur l’année entière.
Ainsi, les taux devraient donc grimper encore de 250% ce qui amènerait les taux vers le niveau de 5%. Un niveau élevé mais qui n’a rien d’exceptionnel. Certains oracles annoncent un taux de 4% en 2023, mais une fois encore, tous les arguments du monde ne sont rien face à la réalité des faits. Ces derniers sont têtus, et il existera toujours quelqu’un pour affirmer qu’il l’avait prévu, puisqu’au final, compte-tenu du nombre d’oracles financiers, il existe toujours une personne qui aura raison, une fois.
Envoi quotidien par courriel des actualités de l’épargne, les nouvelles offres, les nouveaux placements épargne, les variations de taux d’intérêts, les nouvelles primes, les dates clés à ne pas louper… Les news fiscales et immobilières.

 

Sans publicité, sans spams, sans autre exploitation de votre adresse courriel que celle de vous envoyer ce courriel quotidien. Vous pouvez vous désabonner directement sur chaque envoi, via le lien situé en bas de page du courriel.
Les taux des crédits immobiliers continuent de grimper. Selon les différents courtiers, les banques appliquent des hausses de taux de l’ordre de 10%, soit 16 points de base en moyenne, d’après le (…)
La forte hausse des taux des crédits immobiliers (+50% en 6 mois), combinée à des prix de l’immobilier qui augmentent moins mais ne baissent pas, les candidats acquéreurs constatent une perte de leur (…)
Les courtiers pestent auprès des médias contre le resserrement des taux d’usure face à la montée des taux de crédit proposés, mais si 30% des dossiers de demandes de crédit sont refusés, l’origine des (…)

2001-2022  — Guide épargne – France Transactions © Mon Epargne Online

source

Catégorisé: