Erreur d'authentification
Votre compte a été clôturé.
Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l’adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n’avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.
8 caractères minimum
1 majuscule
1 minuscule
1 chiffre
1 caractère spécial
Différent de votre pseudo
Les deux mots de passe sont identiques
Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre
Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

(Crédits photo : Pexels - David McEachan )

(Crédits photo : Pexels – David McEachan )

(Crédits photo : Pexels – David McEachan )
Le boom de l’ immobilier est « sur le point de prendre fin », selon une étude de la banque suisse UBS . La banque suisse publie chaque année un indice des bulles immobilières qui analyse les prix de l’immobilier résidentiel dans 25 grandes villes du monde. Depuis sa dernière étude parue en octobre l’an passé, les prix ont encore augmenté de près 10% en moyenne dans les agglomérations étudiées, soit « le taux de croissance annuel le plus élevé depuis 2007 », souligne la banque, estimant que « les prix sont déconnectés de la hausse des taux d’intérêt ».
Avec la hausse des prix de l’immobilier, la surface habitable que peut s’offrir un employé hautement qualifié travaillant dans le secteur tertiaire s’est réduite en moyenne d’environ un tiers par rapport à la période d’avant la pandémie de Covid-19 , illustrent les économistes de la banque suisse. Les villes qui présentent le plus de caractéristiques d’une bulle spéculative sont Toronto et Francfort, suivies par Zurich, Munich, Hong Kong, Vancouver, Amsterdam, Tel Aviv et Tokyo, où les risques sont également élevés.
« L’inflation et les pertes sur actifs résultant de l’agitation actuelle sur les marchés financiers, réduisent le pouvoir d’achat des ménages », constate Claudio Saputelli, responsable immobilier au sein de la division de gestion de fortune d’UBS qui relève que « l’immobilier devient un investissement moins intéressant ». « Car dans de nombreuses villes, les coûts de l’endettement dépassent les rendements des investissements pour un bien destiné à la location », explique-t-il.
À l’instar de Stockholm et de Sydney, Paris n’est plus considérée comme présentant un risque de bulle spéculative, selon les économistes d’UBS. Les prix nominaux de l’immobilier ont déjà stagné voire chuté par rapport à l’étude menée l’an passé. Malgré cela, la capitale française reste la ville la moins accessible de toutes les villes de la zone euro étudiées, aux yeux de la banque suisse.
De manière générale, le marché du travail reste, pour l’instant, solide, ce qui continue de soutenir le marché immobilier, mais la tendance pourrait également se détériorer avec la dégradation des conditions économiques qui se profile, prévient UBS.
Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement
Je sais pas si Paris est la plus chere des capitales mais c’est incontestablement la plus sale.
Wall Street termine en baisse après les perspectives de Target
Air France-KLM annonce le succès de son offre obligataire
L'Europe finit dans le rouge avec les tensions géopolitiques et des indicateurs mitigés
Assurance vie : comment les assureurs gèrent-ils votre fonds en euros ?
Pouvoir d'achat : quelle aide à l'achat de carburant pour les travailleurs en 2023 ?
Retraites : le versement des pensions aurait pris du retard pour des milliers de bénéficiaires

source

Catégorisé: