l’essentiel Un couple s'est vu interdire d'investir leur nouvelle maison située à Ollainville (Essonne). En cause, le squat d'une famille de 4 individus, qui revendiquent être les "propriétaires" de la demeure. Gérald Darmanin, qui s'est emparé de l'affaire, a ordonné l'expulsion des squatteurs.
Élodie et Laurent ont bien cru attendre avant de profiter de leur nouvelle maison. Ce couple a signé le 19 mai dernier les papiers relatifs à l'achat de leur nouvelle demeure située à Ollainville dans l'Essonne. Au moment d'investir les lieux, le soir même de la signature chez le notaire, coup de théâtre : une famille, un couple et deux enfants, squatte l'habitation, révèle Le Parisien.
Et les nouveaux occupants ne sont pas près de partir : "Nous sommes tombés nez à nez avec les squatteurs, qui nous ont dit que ça n’allait pas se passer comme ça, que c’était chez eux et qu’il fallait qu’on parte. Un langage de sourds s’est entamé", relate le couple à nos confrères.
«On passe du rêve au cauchemar» : ce couple achète une maison squattée par une famille sans le savoir pic.twitter.com/aMTlsYIGV1
Effarés, Elodie et Laurent constatent qu'un pitbull garde la maison, et que les serrures ont été changées. Un homme les attend un jour sur le pas de la porte : "Je lui dis 'bonjour nous sommes les propriétaires'. Et là, ce monsieur me répond : 'Non non, c'est moi !'"relate le couple.
Prévenues, les forces de l'ordre sont dans l'incapacité de déloger les squatteurs : "Aux yeux de la loi, ils sont chez eux. Quand on rentre dans un logement, et que ce n’est pas contesté dans les 48 heures, les gens qui y sont, ils sont chez eux, même s’ils ne sont pas propriétaires”, explique Elodie.
Si le couple assure saisir prochainement un juge, la procédure judiciaire risque d'être longue. "Les délais pour avoir une audience au tribunal, ça peut aller de deux ou trois mois à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis), jusqu’à un an dans les Hauts-de-Seine", précise à nos confrères Raphaël Richemond, avocat spécialisé en droit immobilier à Paris. Pourtant, à l'arrivée, les propriétaires "obtiennent gain de cause dans 99 % des cas" poursuit le juriste.
Désemparés, Elodie et Laurent rongent leur frein : "Depuis trois ans, on a travaillé comme des dingues, sans compter les heures, pour pouvoir s’offrir cette maison", déclare Laurent. "Je vais finir par prendre une tente.. et camper devant chez moi."
Contre toute attente, les squatteurs pourraient être délogés bien plus vite que prévu. Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin s'est en effet emparé de l'affaire, et a ordonné l'expulsion sous 48 heures des occupants.
Cette situation est inacceptable.
Avec @AdeMontchalin, nous demandons immédiatement au @Prefet91 d’engager la procédure de l’article 38 de la loi DALO pour une évacuation rapide des occupants illégaux. https://t.co/kDereCdug9
Un arrêté de mise en demeure a été pris ce jeudi par le préfet, permettant de déloger les squatteurs. "Je suis super contente, j’ai du mal à y croire", a réagi Élodie, contactée par Le Parisien ce jeudi soir.
J’ai déjà un compte
Je n’ai pas de compte
Vous souhaitez suivre ce fil de discussion ?
Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?
le 10/06/2022 à 19:28:58
En réponse à Fraleby
Heureusement pour eux que c'est les élections ce dimanche, sinon ils resteraient dans la rue pendant 10 ans ! En fait, pourquoi les pouvoirs public permettent ça ? La réponse est simple : pour que les Français votent Marine Le Pen, puis au 2ème tour Macron rafle la mise, puisque MLP ne peut gagner. Intélligent comme zstuce, non ?

allons, ils achètent un bien moins cher PARCE QUE il est squatté, et aprés ils votn pleurer dans les médias pour régler le problème. La JUSTICE devrait les condamner à verser la MOITIE de l'économie réalisé aux squatteurs, car sans eux, ils ne pouvait PAS acheter la maison, ou pas à ce prix là.
Surtout qu'en plus, ils étaient connus de la Justice !
En France,si on n’arrive pas à obtenir un logement social,il suffit de squatter le bien d’un autre puisque pour être expulsé il faut être relogé.Elle est pas belle la vie dans notre beau pays ?! Alors expliquez moi pourquoi pour expulser les gens du voyage d’un terrain privé la procédure n’est que de 15 jours ?
Il faut de nouveau modifier la loi. Aucun délai ne doit prévaloir sur les droits du propriétaire face à des squatteurs sans droit ni titre.
De plus les fournisseurs de services (eau, gaz, électricité, serruriers etc …) doivent être rendus responsables d'un changement de nom de l'abonnement ou des serrures sans l'accord express du propriétaire (attestation de propriété notariée à fournir et identité à vérifier).
A la Préfecture ce n'est pas sorcier de vérifier qui est réellement propriétaire d'un bien en cas de litige. Ils peuvent engager de vrais juristes au besoin.
Si on laisse faire ce genre de squat sauvage, ça va très mal se terminer …
Très bien observé !
J'ai toujours eu du mal à comprendre pourquoi les pouvoirs publics protégeaient si mal les propriétaires légitimes.

source

Catégorisé: