Erreur d'authentification
Votre compte a été clôturé.
Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l’adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n’avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.
8 caractères minimum
1 majuscule
1 minuscule
1 chiffre
1 caractère spécial
Différent de votre pseudo
Les deux mots de passe sont identiques
Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre
Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

La Bourse de Paris a clôturé en baisse jeudi, à -0,54%, après que la Banque centrale américaine (Fed) a jugé qu’envisager une pause dans la hausse des taux directeurs est “très prématuré”.
L’indice vedette CAC 40 a perdu 33,60 points à 2.209,63 points. La veille, il avait perdu 51,37 points, le marché attendant la communication de la Fed.
La Banque centrale américaine a relevé comme prévu son taux directeur de 0,75 point de pourcentage mercredi soir, pour le porter à une fourchette comprise entre 3,75% et 4%, son plus haut depuis près de 15 ans.
Si la hausse des taux était déjà intégrée par les marchés, “la conférence de presse de Jerome Powell”, président de la Fed, “a jeté un froid”, commente Andrea Tuéni, analyste de Saxo Banque.
“Alors qu’un pivot en faveur d’une pause dans la hausse des taux était espéré, Powell a précisé qu’on était encore loin d’un niveau le justifiant”, a poursuivi l’analyste.
En conséquence, les marchés se centreront davantage sur les publications macro-économiques, comme les chiffres de l’emploi américain qui sont attendus vendredi.
Tout ce qui est habituellement considéré comme des “mauvaises nouvelles seront en fait des bonnes nouvelles pour les marchés”, anticipe Tuéni, car “la Fed se dira qu’on atteint les objectifs recherchés” pour contenir l’inflation.
Sur le marché obligataire, les taux des emprunts d’État remontaient: celui pour la France à 2 ans s’établissait à 2,19%, contre 2,10% mercredi à la clôture.
Ailleurs en Europe, la Banque d’Angleterre (BoE) a remonté ses taux, comme prévu, en précisant toutefois au marché qu’il surestimait sa volonté de poursuivre des hausses qui pèsent sur l’économie.
“Il y a une grosse différence entre l’inflation américaine et l’inflation européenne: le choc de la pandémie nous a tous affectés, mais pas la guerre en Ukraine”, a argué Ben Broadbent, gouverneur adjoint de la BoE, lors de la conférence de presse.
Les banques portées par les taux
Les taux élevés profitent au secteur monétaire, dont de nombreuses entreprises présentaient également de bons résultats.
Axa (3,11% à 25,87 euros) a présenté des résultats “globalement conformes” et BNP Paribas (+3,14% à 49,39 euros) a dépassé les attentes des analystes. Le Crédit Agricole a pris 0,72% à 9,39 euros et la Société Générale 0,62% à 23,50 euros.
L’immobilier pénalisé
Le secteur immobilier a enregistré de nets replis jeudi, pénalisé par les nouvelles hausses de taux.
Le géant des centres commerciaux Unibail-Rodamco-Westfield a reculé de 5,26% à 46,52 euros, enregistrant la plus grosse baisse de la séance du jour au CAC 40.
Legrand chute
Le fabricant de matériel électrique Legrand a chuté de 5,44% à 73,00 euros après ses résultats, les investisseurs retenant la prudence affichée face aux “nombreux facteurs adverses”, en particulier l’inflation, plutôt que l’augmentation du bénéfice.
Depuis le début de l’année, Legrand a perdu 29,09% de sa valeur.
mgi/cdu/clc
Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement
Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

source

Catégorisé: