Consulter lapresse.ca
Liens utiles
PHOTO GABRIEL MARTINEAU, FOURNIE PAR IMMOBILIA PHOTOGRAPHIE
Les pièces à vivre sont situées dans la partie centrale de la maison. La tourelle et les chambres sont dans l’aile gauche, tandis que le garage et les autres pièces se trouvent dans l’aile droite.
C’est en déployant ses ailes que cette maison s’est posée au bord de l’eau, à Sorel-Tracy, il y a 60 ans. Si on le dit, ce n’est pas pour faire joli. L’architecte Félix Racicot se serait véritablement inspiré d’un oiseau en vol quand il a conçu cette propriété pour le ministre québécois des Transports, en 1962.
Ces données, on les trouve dans le Répertoire du patrimoine culturel du Québec. La maison Gérard-Cournoyer, qui porte le nom de son premier propriétaire, y figure en bonne place en raison de ses qualités architecturales et historiques. La propriété de plain-pied au cachet mid-century est avantageusement située au bord de la rivière Richelieu, et voisine le terrain de golf Les Dunes de Sorel-Tracy. Elle a subi beaucoup de rénovations au cours des cinq dernières années, dont le changement des 57 fenêtres, le toit, la cuisine, 2 salles de bains et la plomberie.
C’est en longeant le chemin Saint-Roch qu’on se rend à cette maison de 8000 pi⁠2, qui prend ses aises sur un terrain presque 10 fois plus grand. En dépit de ses dimensions imposantes, il est facile de passer devant cette propriété sans la voir. Située en retrait et en contrebas du chemin, elle est entourée d’arbres à maturité qui contribuent à son intimité. Une allée privée en demi-cercle en facilite l’accès, et la sortie.
PHOTO GABRIEL MARTINEAU, FOURNIE PAR IMMOBILIA PHOTOGRAPHIE
L’entrée principale. La maison dispose de quatre autres entrées privées.
PHOTO GABRIEL MARTINEAU, FOURNIE PAR IMMOBILIA PHOTOGRAPHIE
L’entrée principale, vue de l’intérieur. Ce magnifique vestibule offre par ailleurs beaucoup de rangement, avec sa penderie de type walk-in de presque 140 pi⁠2.
PHOTO GABRIEL MARTINEAU, FOURNIE PAR IMMOBILIA PHOTOGRAPHIE
Le hall d’entrée se situe dans le corps de la maison. À droite, la bibliothèque, tandis qu’en arrière-plan, on voit une partie du salon.
PHOTO GABRIEL MARTINEAU, FOURNIE PAR IMMOBILIA PHOTOGRAPHIE
Haut plafond, foyer et multiples fenêtres donnant vue sur la rivière dans ce salon au cachet rétro
PHOTO GABRIEL MARTINEAU, FOURNIE PAR IMMOBILIA PHOTOGRAPHIE
La cuisine originale était en teck. Les propriétaires précédents l’ont rénovée au goût du jour, en 2017.
PHOTO GABRIEL MARTINEAU, FOURNIE PAR IMMOBILIA PHOTOGRAPHIE
L’intérieur de la tourelle. Celle-ci servait apparemment de lieu de communications pour le premier propriétaire.
PHOTO GABRIEL MARTINEAU, FOURNIE PAR IMMOBILIA PHOTOGRAPHIE
Une des chambres. Les portes de bois abritent une penderie avec bureaux intégrés.
PHOTO GABRIEL MARTINEAU, FOURNIE PAR IMMOBILIA PHOTOGRAPHIE
Les chambres sont dotées de leur propre salle de bains. Celle-ci est adjacente à la chambre principale.
PHOTO GABRIEL MARTINEAU, FOURNIE PAR IMMOBILIA PHOTOGRAPHIE
On voit ici l’arrière du corps de la maison. En arrière-plan, on aperçoit les jeux d’hébertisme que les propriétaires précédents ont fait construire pour leurs petits-enfants.
PHOTO GABRIEL MARTINEAU, FOURNIE PAR IMMOBILIA PHOTOGRAPHIE
Vue des airs, la maison a véritablement la forme d’un oiseau en vol.
Le revêtement extérieur de la maison, en bois et pierres des champs, est d’origine. On pénètre dans la maison par une entrée spectaculaire : une porte à double vantail entièrement vitrée, couverte d’un ouvrage en fer forgé. On suppose que celui-ci a une fonction à la fois sécuritaire et artistique, mais c’est ce dernier aspect qui nous séduit.
Une fois passé le vestibule, le même type de portes s’ouvre sur un grand hall qui donne vue sur les pièces à vivre et la rivière. Eh bien voilà, on est conquis. C’est d’ailleurs ce qui est arrivé à l’actuel propriétaire, Martin Hébert, courtier immobilier de son métier.
Alors qu’il cherchait une maison à Brossard ou à Saint-Lambert, l’hiver dernier, M. Hébert raconte être tombé par hasard sur cette propriété de Sorel, qui venait d’être affichée sur Centris. « Elle m’a intrigué, je suis venu la visiter, et j’ai eu un coup de cœur en entrant. Ce n’est pas la première fois que ça m’arrive », signale avec une pointe d’humour cet amateur d’art et de maisons.
Pour décrire cette maison, qu’on présente comme une bifamiliale, on va y aller simplement. Le corps qui s’avance vers la rivière regroupe les pièces à vivre. L’aile gauche abrite les chambres et leurs salles de bains, de même qu’une tourelle qui servait apparemment de centre de communications au ministre. Dans l’aile droite se trouvent le garage double, la salle de lavage, de grands espaces de rangement et des pièces dont l’usage est pour le moment plus ou moins défini. C’est tellement grand ! Sans compter que le sous-sol en béton offre de l’espace supplémentaire.
Cette propriété n’a connu que quatre propriétaires depuis sa construction. À la mort de M. Cournoyer, en 1973, c’est le fils de l’architecte Racicot qui l’a achetée. La propriété n’a été revendue qu’en 2017, à un couple qui pensait bien y rester pour longtemps, et qui a fait beaucoup de rénovations. Des ennuis de santé ont cependant incité le couple à vendre, au printemps dernier. M. Hébert envisageait pour sa part de s’y établir pour au moins cinq ans, dit-il, mais il n’a pu résister quand la maison de son enfance, à Brossard, s’est retrouvée sur le marché. Il l’a achetée !
Prix demandé : 1 250 000 $
Année de construction : 1962
Maison bifamiliale mid-century de plain-pied, comprenant 16 pièces, située sur un terrain bordé par la rivière Richelieu, sur une largeur de 275 pi.
Superficie du bâtiment : 8000 pi⁠2 (165 pi sur 50 pi)
Superficie du terrain : 75 623 pi⁠2 (276 pi sur 291 pi)
Évaluation municipale : 607 000 $
Impôt foncier et taxe scolaire : 7301 $
Courtier immobilier : Martin Hébert, RE/MAX Platine
Abordables et adorables : nous nous sommes lancé le défi de dénicher des propriétés québécoises en vente à moins de 500 000 $, mais dotées d’un petit quelque chose qui leur permet de se distinguer.
Les Prix Habitat Design ont dévoilé cette semaine le nom des lauréats de l’édition 2022.
Généralement moins cher qu’une maison individuelle, un condo peut aussi s’avérer un placement immobilier intéressant. Cela dit, des vérifications s’imposent par rapport à la réglementation, ainsi qu’à la santé financière et structurelle de l’immeuble. Il faut en plus être prêt à vivre et à décider en collectivité.
Geneviève Simard et Mark Vallée ont entamé leur vie commune dans un minuscule condo de 350 pi2, dans Griffintown, qui devait servir de pied-à-terre à l’entrepreneur. Ils y ont vécu pendant deux ans et demi, jusqu’à ce qu’en septembre 2018, ils emménagent dans un spacieux appartement de 1032 pi2, qui répondait exactement à leurs besoins.
La ville regorge de recoins oubliés, parfois tout près des grands axes, qui peuvent devenir d’agréables lieux de vie. Un petit projet de cinq unités s’est niché dans l’un d’eux, au cœur de Villeray, en misant notamment sur une inhabituelle maisonnette de fond de cour, un type d’habitation qui pourrait faciliter l’accès à la propriété.
Après 59 ans sous le même toit, Louis-Marie Pilote et Lucie St-Cyr ont vendu leur propriété, loué deux logements voisins et fait installer une porte entre les deux. Si leur idée des plus originales leur permet de savourer une intimité décuplée, ils continuent de partager d’innombrables activités au quotidien.
Amateur de ski depuis sa plus tendre enfance, André Turcotte a profité de sa maison jumelée pendant de nombreuses années. Une maison qu’il a pris le temps de bien planifier pour profiter au maximum du soleil, de la nature et de son sport préféré. Il lui suffisait de sortir de chez lui pour chausser ses planches et rejoindre un remonte-pente du mont Sutton. Un vrai rêve !
Des propriétaires nous ouvrent les portes de leur demeure d’exception, offerte sur le marché de la revente.
Après avoir fait sa marque en immobilier avec des téléréalités sulfureuses comme Selling Sunset et sa petite sœur encore plus déjantée, Selling the OC, Netflix propose Buy My House. Plus terre à terre, l’émission invite des propriétaires à tenter de convaincre quatre investisseurs d’acheter leur maison unifamiliale. Divertissant à première vue, le concept a déçu deux courtiers québécois interrogés.
La pandémie a convaincu beaucoup de Québécois de se rapprocher de la nature, ce qui a aggravé la pénurie de logements dans des régions comme les Laurentides. Et si un meilleur accès à un toit et à la nature passait par des quartiers construits au milieu des bois ? C’est ce que propose LIVE Immobilier avec un projet de 82 triplex « à l’horizontale » à Sainte-Adèle.
Viande à chien, nous ne l’avions pas vue passer ! La maison patrimoniale au sein de laquelle vécut l’auteur d’Un homme et son péché et de son adaptation Les Belles Histoires des pays d’en haut, située à Sainte-Adèle, a été mise sur le marché un peu plus tôt cette année.
Près de 60 % des clients du courtier immobilier Benjamin Guillou-Nisin sont français, belges ou suisses francophones. Neuf clients sur dix de Parwana Sherzad sont d’origine afghane, alors que la totalité des clients d’En Xie sont chinois. Tous ont en commun de chercher un courtier qui comprend leur culture avant de commencer les visites.
(Richelieu) Construite il y a une centaine d’années à Richelieu, elle a été la résidence d’été du sénateur Élie Beauregard pendant plusieurs années. Aujourd’hui, c’est un couple d’amateurs de maisons anciennes qui l’occupe. Tous deux avaient prévu y passer le reste de leur vie, mais une balade à vélo a tout changé.
Le prochain BESIDE Habitat, qui fera suite au projet de Lanaudière, sera dans l’Outaouais. C’est plus précisément la municipalité de Notre-Dame-de-la-Salette qui accueillera le deuxième lotissement écologique de l’entreprise, à saveur maraîchère cette fois.
Pour ceux qui ont toujours rêvé de travailler dans un bureau digne d’un premier ministre, cette aspiration est à portée de chèque, puisque l’une des anciennes résidences de Jean Lesage, à la tête de la province entre 1960 et 1966, est sur le marché depuis peu.
Abordables et adorables : nous nous sommes lancé le défi de dénicher des propriétés québécoises en vente à moins de 500 000 $, mais dotées d’un petit quelque chose qui leur permet de se distinguer.
Nos applications
Contact
Services
Archives
Suivez La Presse
Légal
© La Presse Inc. Tous droits réservés.
Conditions d’utilisation| Politique de confidentialité| Registre de publicité électorale| Code de conduite

source

Catégorisé: