Votre navigateur est obsolète. Veuillez le mettre à jour avec la dernière version ou passer à un autre navigateur comme ChromeSafariFirefox ou Edge pour éviter les failles de sécurité et garantir les meilleures performances possibles.

Un été sans fin pour l’immobilier? La hausse des taux n’a pour l’heure pas changé la donne. Les Romands ont conservé leur appétit pour la pierre. Et les prix poursuivent leur inexorable hausse. Avec un nouveau renchérissement de la pierre au 2
e trimestre, il faut désormais débourser 8,7% de plus qu’il y a un an pour une maison individuelle et 7,7% pour un appartement en PPE. 
Face à une conjoncture plus qu’incertaine, le marché immobilier romand a-t-il perdu la tête? Plusieurs signaux indiquent pourtant clairement un atterrissage en douceur.

Les acteurs institutionnels, moteurs du marché immobilier de rendement ces dix dernières années, ont cessé leurs achats frénétiques depuis quelques mois. Et se rabattent sur le marché obligataire, de nouveau attractif. La valeur des placements immobiliers des caisses de pension a chuté de 9,5% ces six derniers mois, les rendant d’autant plus précautionneux sur les critères clés avant de passer à l’attaque. La hausse annoncée des charges (mazout, gaz, électricité) va peser notamment sur les rendements des immeubles dans les mois à venir, et donc sur leur prix.

«Ce rééquilibrage de l’offre et de la demande va forcément exercer une pression sur les prix. Et fournir de solides arguments de négociation aux futurs acquéreurs»

Du côté des privés, le nombre de propriétés mises en vente explose. Le consultant Bestag, qui scrute l’ensemble du territoire, constate «une augmentation spectaculaire» de l’offre immobilière durant le 2
e trimestre. Les biens à vendre ont bondi en Suisse romande: de 59% à Fribourg, 55% à Neuchâtel et 44% à Genève, suivis des cantons du Jura (+34%), de Vaud (+32%) et du Valais (+20%). En trois mois, 4333 biens supplémentaires ont été mis en vente. 

Ce rééquilibrage de l’offre et de la demande va forcément exercer une pression sur les prix. Et fournir de solides arguments de négociation aux futurs acquéreurs.


La flambée de l’inflation a obligé les banques centrales à mettre fin à l’argent gratuit. Bien que la Suisse reste moins touchée que ses voisins, les experts s’attendent à la poursuite probable du resserrement monétaire qui va encore restreindre le nombre de candidats à la propriété. 

À cela s’ajoute l’activation du volant anticyclique. La BNS a demandé au Conseil fédéral en janvier dernier de le réactiver pour contrer les risques croissants sur les marchés hypothécaire et immobilier. À partir du 30 septembre, les banques devront augmenter leurs fonds propres pour se couvrir. Les conditions d’accès au crédit vont se durcir et donc, mécaniquement, diminuer le nombre d’acheteurs. 
En cette période d’incertitudes, les futurs acquéreurs ont intérêt à prendre leur temps pour trouver leur bonheur. Le rééquilibrage en cours va apporter son lot d’opportunités. Dans cette perspective, nous avons sollicité des experts du marché pour vous rendre attentifs aux éléments clés avant de passer à l’achat et vous offrir une vue d’ensemble des possibilités à prendre en compte pour bien préparer votre projet de vie.
Bonne lecture.

Vous avez trouvé une erreur?

source

Catégorisé: