Accueil / Urbanisme et Immobilier / Lyon 6e. Il était une fois… l’hôtel du gouverneur
De ce lieu chargé d’histoire, on pourrait conter 1 000 récits. Mais le plus important de tous commence en 1846, quand Jonas Vitta arrive à Lyon et y fait fortune dans le textile. Ce juif espagnol décide en 1857 d’acheter une immense parcelle de 1 600 m2 et d’y ériger un hôtel, son hôtel, dans lequel il vivra jusqu’à sa mort.
Lire aussi sur Tribune de Lyon : Lyon 6e. Immersion dans le somptueux hôtel du gouverneur militaire avenue Maréchal-Foch
Véritable passionné d’art, Jonas Vitta l’avait conçu à son image. Richement décoré, et disposant même d’une galerie dédiée à son incroyable collection de tableaux et d’œuvres en tout genre. L’hôtel Vitta fut à cette époque, du moins selon la légende, l’écrin des plus belles réceptions du Tout-Lyon.
À sa mort en 1892, c’est son fils, Joseph, qui hérite du bâtiment. Passionné d’art comme son père et riche mécène, il partage sa vie entre Paris et Nice. Cette vie de mécénat ne lui laissant guère le temps d’être à Lyon, son hôtel particulier commence à lui devenir inutile et il souhaite s’en débarrasser.
C’est alors que la Ville de Lyon s’en porte acquéreur pour en faire la résidence de son gouverneur militaire. Ce titre, devenu honorifique, désignait, et désigne toujours, la plus haute autorité militaire de la région, chargée en son époque de la défense de la ville. C’est Napoléon qui, en 1804, comprenant l’intérêt stratégique de la capitale des Gaules et appréhendant le côté rebelle de sa population, persuada les autorités locales à s’engager à loger à perpétuité son représentant militaire, en échange d’un lieu donné par l’Empire. 
Les gouverneurs seront pendant 100 ans logés dans différents hôtels, notamment place Bellecour. Jusqu’à ce qu’Édouard Herriot décide en 1913 d’acheter le fameux hôtel Vitta, proposant en échange l’hôtel Varissan au propriétaire, plus une rallonge en monnaie sonnante et trébuchante. 
Lire aussi sur Tribune de Lyon : Armée : Mais à quoi sert le gouverneur militaire de Lyon ?
Assez drôlement, tout le mobilier de l’hôtel fut récupéré par Joseph Vitta, ce dernier ayant jugé insuffisante l’estimation de la Ville (mobilier qui comptait une collection de tableaux allant de Rembrandt à Géricault en passant par Delacroix, un grand ami de la famille). Actuellement, le lieu occupe toujours une fonction militaire et peut être visité en de rares occasions, comme les Journées européennes du patrimoine. 
Thomas Primot
Dans la modification de son document d’urbanisme qui sera voté lundi, la Métropole rétropédale sur le sujet du musée des Tissus.
Lundi 7 novembre, les trois candidats en lice pour la réhabilitation du Chalet du parc passent devant le jury. Le résultat tombe deux jours plus tard, le 9 novembre à 11 h 22. Dans un communiqué de presse, la Ville annonce que le projet gagnant est celui porté par Youse, et notamment Yann Arthus-Bertrand et sa fondation Good Planet. Lire aussi…
Les chiffres de l’immobilier fournis par la Chambre des Notaires de Lyon montrent que les prix sont toujours très hauts. En cinq ans, le marché a pris 42 %.
Déléguée générale du Cluster Éco-Bâtiment de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, Marie-Soriya Ao décrit un secteur en progression mais qui reste« à la marge ».

Tribune de Lyon est le premier hebdomadaire généraliste lyonnais. Créé en 2005, ce magazine indépendant est édité par la société indépendante Rosebud, principalement détenue par ses salariés.

Tribune de Lyon propose, sur 72 pages, une vision critique de l’actualité lyonnaise, qu’il s’agisse d’économie, de politique, de sport ou de faits de société, ainsi qu’un guide complet des sorties de la semaine et des tendances lyonnaises…

Lire plus…
Étienne Rodamel et Tanguy Carletti-Barbié ont ouvert La Kave Maltée
La piscine Garibaldi (Lyon 3e) va fermer ses portes au

source

Catégorisé: